Dr Yves Bokobza   | 01 46 47 50 79
PRENDRE UN RENDEZ-VOUS

Les anneaux intra-cornéens (aussi appelés « Intacs»)

L'implantation d'Intacs dans la cornée est une méthode de chirurgie réfractive dite "additive".

La correction optique du défaut visuel est en effet assurée par l'adjonction d'un élément, et non par ablation de tissu comme c'est le cas du Lasik. Ces anneaux, ou segments d'anneaux intra-cornéens, ont fabriqués en PMMA (ou Polyméthylmétacrylate qui n'est autre que le fameux plexiglas), matière plastique bien tolérée par les tissus vivants de notre organisme.

L'idée d'insérer chirurgicalement un anneau dans l'épaisseur de la cornée pour en modifier la courbure, et donc la réfraction, est née il y a presque 25 ans.

Il s'agit d'une technique validée qui a été initialement utilisée pour corriger de faibles myopies stables mais son efficacité limitée explique son abandon dans cette indication. Notons que les tunnels intra-stromaux (creusés dans l'épaisseur du stroma) dans lesquels on insère les fragments d'anneaux, peuvent être réalisés par le laser femtoseconde.

Les Intacs ont récemment vu se développer des indications spécifiques comme le kératocône. Plusieurs études cliniques ont montré que les anneaux intra-cornéens étaient notamment capables de contrer la déformation de la cornée, de réduire l'astigmatisme irrégulier (asymétrique) qui caractérise l'évolution de cette maladie, et donc d'améliorer l'acuité visuelle des patients. Les recherches se poursuivent pour préciser, entre autres, la prédictibilité de cette technique et le devenir à long terme des yeux opérés.

Rappelons au passage que le kératocône est une maladie évolutive de la cornée, en général bilatérale, qui se caractérise par une déformation et un amincissement progressifs. La correction optique passe le plus souvent par l'adaptation de lentilles de contact rigides, voire, en dernier recours, par la greffe de cornée. En induisant une myopie, un astigmatisme irrégulier et des opacités cornéennes, cette dystrophie conduit à une baisse d'acuité visuelle dont l'importance est variable, mais qui peut être très profonde. Elle reste une contre-indication absolue au Lasik. L'indication des anneaux intra-cornéens peut également être étendue aux cas d'ectasie (déformation) cornéenne consécutives à un Lasik, ectasies qui représenteraient en fait souvent l'aboutissement de kératocônes passés inaperçus en pré-opératoire.