Dr Yves Bokobza   | 01 46 47 50 79
PRENDRE UN RENDEZ-VOUS

Opération de la presbytie : Lasik 100% Laser & chirurgie du cristallin

Dr Bokobza, chirurgien ophtalmologiste nous présente les techniques d'opération de la presbytie au laser ou par pose d'implant intra oculaire.

Le Presbylasik ou opération de la presbytie au Lasik 100% laser peut être effectuée en l'absence de contre-indications (cornée trop fine ou irrégulière, kératocône...).

Deux lasers sont utilisés : le premier laser découpe une fine lamelle de cornée, permettant l'action du second laser, le laser excimer, qui sculpte la cornée pour modifier sa courbure. Cette opération de la presbytie au laser a comme principe de donner à un oeil la meilleure vision de loin et intermédiaire possible et à l'autre oeil la meilleure vision de près. Le cerveau assure l'adaptation permettant au patient de se passer de lunettes.

A noter que suite à cette opération de la presbytie, le patient pourra avoir quelques difficultés pour la conduite nocturne et la lecture de petits caractères en condition de faible luminosité, pouvant requérir le port de lunettes additionnelles.

La seconde technique d'opération de la presbytie est la chirurgie du cristallin. Le cristallin défaillant naturel est remplacé par un cristallin artificiel. L'implant intra oculaire utilisé dans cette chirurgie de la presbytie permet de corriger tous les défaults visuels : presbytie, myopie, astigmatisme et hypermétropie associés. Cette technique de la chirurgie du cristallin est systématiquement proposée lorsqu'il existe un début de cataracte. S'il n'y a pas de cataracte, lorsqu'il existe une contre-indication à l'opération des yeux au Lasik, cette technique reste possible à condition que le patient ait plus de 60 ans.

Le risque zéro n'existe pas en chirurgie mais il demeure extrêmement faible, et ce avec ces deux techniques d'opération de la presbytie. Avec la méthode des implants oculaires, le risque est de l'ordre de un sur 3000, l'infection et l'inflammation étant exceptionnelles. Le Lasik a pour principal risque l'existence d'une sous correction qui peut faire l'objet d'une retouche quelques mois plus tard.